06/09/2007

iPod Touch : la fin du lecteur MP3

9fedbcf5f8b03908752183590e06e77f.jpgOk, il est beau. Le Classic et le Nano prennent un sacré coup de vieux.

Ok, l'interface tactile est toujours aussi "Wow !".

Ok, la fonctionnalité wifi est sympa (marre de ce câble à la maison).

Mais juste deux remarques qu'il ne me semble pas encore avoir lues.

 

1. L'iPod Touch et l'iPhone sont conçus sur la même base, avec le même système (une version spéciale de MacOs X, c'est-à-dire un Unix), hors téléphonie pour le premier.

Depuis que l'iPhone est sorti, des dizaines de "hacks" et autres bidouilles ont été trouvés pour rajouter des fonctions ou contourner les limitations posées par Apple. Je ne parle pas du "desimlockage" de la puce AT&T, mais de fonctions additionnelles, purement logicielles.

 

Il me paraît donc logique de prédire qu'il en sera de même pour l'iPod Touch. Il lui manque une application d'e-mail ? Ca ne devrait pas prendre longtemps avant d'y retrouver celle de l'iPhone...

 

Messieurs les bidouilleurs, à vos claviers !

Edit du 14.09.2007 : Il n'aura pas fallu attendre longtemps ! Hack the iPod touch

 

2. L'iPod Touch marque aussi la fin de l'iPod comme évolution du concept de lecteur de musique portable. Et le premier élément du versant mobile de "votre vie numérique", dont le Macintosh (iLife, AppleTV, ...) est l'élément fixe et .mac et iWeb les éléments online.

Exemple : de retour de vacances, je charge les photos de mon APN sur le Mac, les traite, les organise dans iPhoto. Je crée un album, que j'envoie vers l'iPod Touch par synchronisation wifi. Arrivé chez mes amis, il me suffit soit de faire défiler les photos sur l'iPod, soit de brancher un câble vers la télé ou mieux, de le diffuser en wifi sur leur ordinateur ou la télé (équipée d'AppleTV).

 

Ce qu'Apple est en train de réaliser, à son rythme, c'est la convergence que l'on voit à l'oeuvre dans tous les romans de science-fiction, celle qui s'affranchit de l'outil (ordinateur, téléphone, lecteur multimédia, ...) : toutes les données qui vous importent, dans la paume de votre main, partout, tout le temps.

 

Et personne ne me semble avoir pris la mesure de ce que cela implique.

Écrire un commentaire